Tu Kloutes, ou tu Kloutes pas ?

Il est d’une évidence toute universelle d’apprécier se sentir écouté et reconnu dans le milieu dans le lequel on évolue, que ce soit dans la sphère privée ou professionnelle. Les détracteurs de cet état de fait (les vrais) restent peu nombreux, quant à l’engouement des réseaux sociaux et des indicateurs de tendance de tous types vis à vis de ce constat chiffré, quand il est possible.

Dans notre société hyper connectée et empreinte d’infobésité, comment savoir aujourd’hui si vos messages sont influents et parallèlement si vous l’êtes vous-même ?
Les médias sociaux remplissent-ils leur tâche ?

Klout outil metric influenceurNous nous attarderons aujourd’hui sur le cas Klout, qui divise toujours autant, et à raison, car on parle ici d’égo, sous couvert de metrics et de social influence toute marketée !

Klout, startup IT née il y a 5 ans, a su progresser et doubler son C.A. chaque année. De nombreux investisseurs ont investi de manière conséquente et à long terme dans le projet. A tel point que Klout influence Bing depuis 2012, Microsoft à l’appui, tout comme Kleiner Perkins (au total plus de 30M$ investis…)

Même si Klout a du mal à sortir de sa période juvénile, comme l’ont fait avec succès Facebook et Twitter, l’actualité récente nous montre que cela continue néanmoins doucement, avec un partenariat avec ESPN Magazine fraîchement signé. Même si le COO Emil Michael vient de démissionner pour Uber, le CEO Joe Fernandez se veut rassurant quant à l’avenir de Klout, toutefois en recherche de “soulspirit”…

Klout est donc devenu en 5 ans le metric de référence pour savoir si vous en êtes ou pas !

Klout : Analyse succinte

Klout, c’est quoi ? (rappel)

Klout est un outil de mesure d’influence online. Fut un temps où les “tristes” heures des fans/followers FB/TW achetés ci et là étant (presque) révolu, et on ne s’en plaindra pas, même ci certains ont trouvé des parades plus ou moins éthique à cela (Like obligatoire pour jouer à des applis FB, incrémentation double lors de ces jeux concours etc…) On peut désormais penser que ce qui est présent sur les réseaux l’est, plus ou moins à bon escient (en terme de contenus quantitatif tout du moins). On est donc, normalement, en présence aujourd’hui d’un constat plus ou moins objectif du reach, contenu et followers, écrémé des spams et autres gâteries du genre…

Klout est donc à priori un outil qui vous renvoi l’image de qui vous paraissez être sur le réseau, en terme d’influence… “Influenceur”, hmm , j’en salive d’avance ! Influencer, c’est hype, c’est bien, mais comme tout ce qui est hype, on ne sait, ni pourquoi ni comment ça l’est… (et surtout pour combien de temps, avant de devenir le corollaire : has been !), pourtant, c’est ce qui amène à signer et faire signer des contrats…

L’ influence ?

Même si elle est contestée et beaucoup décriée, la notion d’influence sur Internet est intéressante car elle représente la capacité de générer des conversations et de l’engagement autour des faits qui consacre cette présence sociale si jalousement perçue (on en revient à l’égo à  nouveau).

Trois facteurs définissent les algorithmes de calcul actuels rentrant en ligne de compte :

La portée : la taille du réseau de l’influenceur (tant par sa taille que par le niveau d’influence de ceux qui le composent)
L’amplification : l’impact qu’aura le message suscité au travers des médias sociaux
L’autorité : la crédibilité accordée sur le réseau (que ce soit le message à faire passer ou le messager)

Il serait à ce propos intéressant de connaître le pourcentage des contrats signés par des influenceurs en vue, sans plus-value réelle quant à l’activité qu’il sont censé pratiquer. (Cf les clashs actuels entre CM sur les forums, se reprochant le manque de compétences au détriment de l’égo et du relationnel biaisé)…

Klout, comment ça marche ? (ou plutôt comment c’est censé marcher)

Klout se base sur la mise en corrélation des différentes plateformes sociales, privées et pros (Facebook/Twitter/Instagram/Google+/LinkedIn/Foursquare/ et bien d’autres en business account (j’aimerai bien connaître leur stats de ce point de vue !!)

Une fois tout cela interconnecté, Klout calcule (un peu vite à mon sens) un Score qui vous attribué et qui change selon votre activité. Encore absent il y a moins de deux semaines, je m’inscris, et participe à un event 2.0 bien en vue, avec quelques personnalités bien en vue elles-aussi dans le paysage social media français.

Le résultat ne se fait pas attendre, en moins de dix jours, je passe de 16 à 53, sans pour autant avoir écrit plus qualitativement ou quantitativement.

klout-lionel-blondeauCette progression, à mon sens énorme pour quelqu’un comme moi, officiant la majeure partie du temps en tant que directeur associé de l’agence plutôt qu’en mon nom propre, m’amène à un constat simple : Klout calcule votre ranking plus en fonction d’avec qui vous interagissez plutôt que de la portée réelle de vos contenus émis ou partagés, en terme de pertinence.

En gros, soyez RT et/ou nommé sur FB/Twitter par des gros Klout, et vous êtes sûr de grimper dans le classement sans même produire de contenu dit “qualitatif”… Là est toute la complexité de cet outil : Influence = côtoyer des influenceurs pour le devenir, ou produire du contenu de qualité pour influencer ses réseaux et grimper en crédibilité sociale ?

Je vous laisse le soin d’en tirer votre propre avis, le mien étant tout fait…

Klout est donc à mon sens un porte cartes de visites (Merci Perk, voir ci-après), et le score est aussi gros que le porte carte volumineux. Ce qui veux tout et rien dire en somme… Question d’ego !

Klout et portée réelle (si elle existe vraiment !)

On s’aperçoit aujourd’hui (et les marques l’ont bien compris) que certaines personnes ont aucune ou peu d’influence IRL, mais sont par contre très visibles et influentes online. Une amie me demandait encore récemment, “mais influenceur, c’est un métier ?”, et un confrère lui répondre, qu’on s’influence entre nous… Jolie synthèse en somme !

Klout est donc un indicateur sensible, à l’heure où les marques ont bien compris l’enjeu d’une présence en ligne et du niveau d’influence ainsi généré pour leurs prospects. Les influenceurs sont donc devenus leurs cibles, en tant que portes drapeaux.

Klout, un outil réel ou un simple gadget à la gloire de l’égo et du marketing direct ?

Les Perks de KloutJe me connecte donc sur Klout ce matin, pour continuer la rédaction de ce billet, et Ô surprise ! Un beau Perk monte dans ma boîte, me vantant les mérites d’un prestataire de cartes de visites… Parce que je le vaux bien hein ! (“Vous avez été contacté en raison de votre influence et expertise”)… Je rigole tout seul… Allez savoir si les Adsystems sont passés par là ou une armée de fourmis travailleuses cachée en Inde peut-être.. Bref ! Cela tombe à pic car je cherchais tout récemment un presta print pour un de nos clients… Tiens tiens !!

Klout, des alternatives ou seul maître à bord dans le calcul de l’e-influence ?

Même si Klout reste le Pionnier et le plus en vue, quelques alternatives existent telles que :

Kred, PeerIndex et le petit dernier snapscore.me

Chacun y va de son algorithme pour vendre sa sauce, et au final un mix des 4 serait peut-être au final assez fidèle à ce qu’est la définition du mot influenceur, selon e-marketing.fr : “Personne disposant d’un compte sur un média social (blog, Twitter, groupe ou page Facebook) et diffusant régulièrement un nombre important de contenus à une communauté large et fidèle. Cette personne dispose d’un capital social élevé qui fait d’elle un prescripteur auprès de sa communauté.”

On parle donc bien ici de “nombre important de contenus“, en rien on évoque l’aspect qualitatif de ces contenus, soit la pertinence… L’habit ne fait pas le moine en somme ! Klout mesure donc la portée réelle, l’influence du réseau et le potentiel d’amplification, plus que la qualité intrinsèque des contenus proposés (ou alors en demi-teinte).

Conclusion

En définitive, Klout est un indicateur qui sert à calculer votre propension à “déplacer/créer” du contenu sur la toile, plutôt que calculer votre capacité réelle à influencer les autres en terme d’idées et informations qui font avancer le “schmilblick” (est là est toute la nuance). Preuve en est, certaines agences de recrutement et chasseurs de têtes (dont certains nous ont avoué à demi-mot, s’en servir comme “simple indicateur” pour des postes de PR/Mkg… A demi-mot alors !) Il en est de même chez nos voisins anglo-saxons, qui vont même jusqu’à exiger des Klout minimaux pour certains postes…

Alors, niveau qualité ou quantité, vous êtes dans les clous, heu pardon les  “Klout” ? 😉