Transformation digitale en entreprise : Comment l’amorcer, ou la relancer

transformation digitale en entreprise
9
partages
Partager sur Facebook
sur Twitter
sur Google+
sur LinkedIn
sur Pinterest
+
Qu'est-ce que c'est ?

En 2015, les entreprises doivent prendre conscience que la transformation digitale n’est plus l’apanage unique des services communication/marketing, mais bel et bien une restructuration profonde au sein de tous les services.

Une transformation se doit d’être épaulée par une stratégie, et non pas simplement par des process technologique, vide de sens en soi.
Les secteurs des médias ou du tertiaire, pour lesquels la transformation a été une force disruptive importante, arrivent en tête, suivi par les autres secteurs qui peinent à voir cette transformation donner ses pleins effets.
Il peut être difficile de savoir comment amorcer une mise en œuvre digitale, voire même imaginer ses bénéfices pour l’entreprise.

Une transformation a plusieurs vitesses.

Ce billet illustre donc comment les entreprises de tous les secteurs peuvent capitaliser sur le numérique en lançant des projets à petite échelle et renforcer ainsi leurs capacités à travers l’expérience déjà acquise dans le monde réel, avec comme leitmotiv leur stratégie à déployer.

De nombreuses entreprises doivent encore capitaliser sur le digital, mais pour cela, il faut qu’elles s’en donnent les moyens.
Certains se plaignent de SI existants trop contraignants, d’autres du faible manque de moyens humains. D’autres encore passent des mois à étudier le marché et s’enlisent dans des considérations stratégiques et conceptuelles de grande envergure, croyant (à tort) qu’il faut une vue finale complète avant même de s’engager dans le processus de transformation.

Les cycles de développement du numérique sont extrêmement rapides, beaucoup plus rapide que pour la plupart des produits et services traditionnels.
C’est cette approche délibérée (et dépassée) de vouloir calquer au digital des approches académiques, qui fait que beaucoup se livrent à des batailles perdues d’avance. Mais on ne change pas facilement des procédés acquis et consolidés durant des décennies pour certaines entreprises.

    illustration des pans sectoriels qui découlent de la stratégie d'une transformation digitale

illustration des pans sectoriels qui découlent de la stratégie d’une transformation digitale

 

Compte tenu de son omniprésence, du faible coût qu’il représente en terme de prise en main et de l’impact potentiel à court terme, il est impératif que les entreprises agissent pour rattraper leur retard.

Que ce soit pour lancer un nouveau produit ou service ou pour digitaliser un processus interne, cela signifie que ces entreprises doivent mettre en œuvre des processus beaucoup plus agiles de développement.

Plutôt que d’utiliser une stratégie verticale descendante (qui fonctionnait par le passé), les entreprises doivent désormais innover en utilisant des cycles « construire-évaluer-apprendre », même lorsqu’elles ne sont pas tout à fait sûres de l’issue des opérations à mener. Et c’est bien là que tout le sens du mot « stratégie » intervient.

A l’heure des « version beta » et autre « A/B testing » pour l’exemple du web, rien de mieux que de se concentrer sur des versions pilotes et des prototypes qui peuvent être développés et déployés rapidement, évalués pour leurs performances, et passés en production ou mis au remblai selon les résultats.
Nos influenceurs nous le disent à longueur de journées, mieux vaux essuyer un échec que de ne rien tenter, et c’est en échouant qu’on apprend à réussir.

Ce qui en ressort est une manne pour les succès futurs via l’expérience directe acquise.

Plutôt que de se lancer dans un grand pari stratégique (et bien souvent unique) , autant gérer de multiples initiatives, essayer de nouveaux modèles d’affaires avec des coûts minorés ou bas, amenant ainsi à éliminer par le jeu des chaises musicales les avancées les moins significatives, permettant ainsi de se focaliser sur les avancées qui elles sont prometteuses.

L’expérience nous prouve que dans tous les secteurs, ce type d’approche essai-erreur mène au succès, en gardant en tête une méthodologie de transformation structurée autour de trois étapes que nous aborderons dans nos prochains articles, vécues au sein de notre relation client :

– la sécurisation des gains de départ
– l’intensification des initiatives qui fonctionnent
– la tenue du (bon) cap pour les initiatives qui fonctionnent et l’obstination à soutenir le changement.

Ensemble, ces mesures peuvent aider les équipes à déterminer par où commencer, comment gérer le process, et comment générer des progrès durables par rapport à la transformation digitale.

Pour aller plus loin, je vous invite à lire ou relire l’étudeMITSloan :  Findings from the 2015 Digital Business. Global Executive Study and Research Project

Partager sur Facebook
sur Twitter
sur Google+
sur LinkedIn
sur Pinterest
+

Écrire un commentaire via Facebook

commentaires

... ou bien commentez directement ici !

Social Wall